Gros Nul

555878-378964062163368-771682331-n.jpg

 01-1.jpg

 

 

Gros Nul est un des personnages principaux du roman

 

Extrait roman :

Gros Nul est branché spiritisme. J’ai voulu tenter une expérience avec lui. Nous avons décidé d’essayer d’entrer en contact avec une personnalité décédée. Gros Nul a opté pour Rembrandt (« Je veux savoir s’il a peint des faux ! »). Moi, je préférais Marlene Dietrich (« Je ne connais pas la longueur de ses jambes! »). Finalement, nous avons fait un compromis et choisi John Kennedy (« Il doit avoir des trucs à raconter sur Marilyn ! »).

Comme nous n’avions pas de table ronde, nous en avons achetée une chez Emmaüs. Nous nous sommes assis autour, avec ma femme et Sylvie, la femme de Gros Nul. Il y avait un verre au centre ; normalement, si ça marchait, il devait bouger.

-         Nous aurions du aller au cinéma ! A dit Sylvie.

-         Concentrez-vous et ne pensez à rien ! A dit Gros Nul.

Au bout d’une heure, il y a eu un bruit. Mais d’après moi, c’était mon ventre (j’avais boulotté des boulettes, ça ne me réussit pas).

-         Est-ce toi, John ? A demandé Gros Nul.

A ce moment-là, un bouquin est tombé de la bibliothèque.

-         C’est Lee Harvey Oswald ! S’est écrié Gros Nul.

Sylvie, agacée, s’est levée. Ma femme a pris le verre et a versé du blanc dedans : « Vos idioties m’ont donné soif ! »

Moi, j’ai fermé les yeux. J’ai vu les gambettes de Marlène qui s‘agitaient en cadence. Le plus étrange, c’est que le voisin a sonné chez nous. Il était pâle comme un coton-tige.

« Vous pourriez m’aider, s’il vous plaît ? Il y a un type étranger chez moi, il prétend être John Kennedy ! »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site